Résumé: L’arachide est une importante plante légumineuse originaire de l’Amérique latine mais qui est cultivée aujourd’hui partout dans le monde (environ 120 pays). C’est une plante qui a perdu sa diversité génétique au cours des années par sa domestication par l’homme.

Les espèces sauvages d’arachide sont réputées posséder une grande variabilité génétique avec des allèles favorables qu’on peut utiliser pour améliorer l’arachide cultivée.

Pour augmenter la variabilité génétique de l’arachide cultivée, nous avons croisé une espèce d’arachide sauvage appelée AiAd avec la variété Fleur11 en utilisant la méthode de croisement en retour ou Backross assistée par marqueurs et nous avons obtenu deux sortes de population hybride d’arachide qui sont : AB-QTL et lignées de substitution de segments chromosomiques (LSSC). La première population a été évaluée et plusieurs allèles favorables sauvages qui interviennent dans l’amélioration des composants du rendement et du rendement lui-même ont été identifiés. La deuxième population qui est issue du même croisement que la première, est une population qui permet de confirmer la présence des caractères cités plus haut. Pour cela, nous avons choisi sur la base des informations de la première évaluation, 16 (LSSC) qui ont été utilisés pour évaluer la contribution des allèles sauvages sur les performances de rendement et leur stabilité dans plusieurs localités et en même temps valider ces allèles qui améliorent la taille des gousses et des graines. Ainsi, les 16 LSSC et le parent récurrent Fleur11, utilisée comme témoins, ont été évalués à travers des expérimentations installées dans trois stations de l’ISRA au Sénégal (Darou, Nioro et Sinthiou Malème) pendant deux campagnes agricoles consécutives ( 2014 et  2015). Les résultats obtenus ont montré qu’en général, les allèles des espèces sauvages, n’ont aucun inconvénient sur le rendement et ont plutôt contribué à une augmentation positive des caractères de rendement. La plupart des allèles détectés pour la taille (longueur et diamètre) des gousses et des graines dans la population AB-QTL sur les chromosomes A07, A08, A09 et B06 ont également été trouvés dans les LSSC, montrant que les LSSC, utilisés dans cette étude sont un matériel précis pour la validation d’allèles. Plus intéressant, deux LSSC (12CS_031 et 12CS_069) ont affiché des tailles de gousses et de graines constamment plus élevée que la variété Fleur11 dans toutes les localités où l’évaluation a été faite. Ce qui suggère une cohérence et une stabilité des allèles sauvages.

Cette étude ouvre la voie à la stratégie du pyramidage qui consiste à cumuler les allèles sauvages favorables venant de plusieurs parents dans une seule plante pour améliorer la taille des gousses et graines et autres caractères ou améliorer certaines résistances de la plante contres certaines maladies ou ravageurs chez l’arachide cultivée.


1: Les résultats trouvés ici peuvent être exploités à deux nieaux pour le compte du paysan

AU premier niveau, les deux génotpes trouvés (12CS_031et 12CS_069) dont l’une présente de longues gousses et graines et l’autre de grosses gousses et graines ont déjà fait l’objet de l’homologation et c’est ce qui a abouti aux variétés RAFET KAAR et TOSSET. Elles sont déjà dans le circuit de production, donc arriveront bientôt chez les paysans si les acteurs de la filière accélèrent le processus de production des semences.

Au deuxième niveau, les deux variétés RAFET KAAR et TOSSET peuvent être croisées pour obtenir une nouvelle variété qui aura des gousses et des graines plus longues et grosses que celles des deux parents. Et nous avons aussi fait ce travail  et nous avons obtenu une variété qui est la Pyr1-370 qu’on n’a pas encore homologué. 

2: Pour que les producteurs ou les paysans puissent adopter ces nouvelles variétés, il faudra un grand travail de vulgarisation qui doit être assuré par les services de vulgarisation de l’Etat comme l’ANCAR, les DRDR et des organisations paysannes comme celle de RESOPP. D’ailleurs c’est ce travail que nous avons commencé avec le RESOPP en installant des essais de démonstration chez les paysans dans plusieurs sites. Des visites de champ seront organisées dans chaque zones pour un groupe de paysans afin de leur présenter ces variétés et qu’en retour qui puissent donner leur avis. Voilà comment on peut procéder pour faire adopter ces nouvelles variétés par les paysans. Merci.

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *