De nouvelles variétés améliorées et hybrides de mil

©ISRA-CERAAS, kimndiayeFall

Le projet GenMIL « Amélioration génétique du mil pour le rendement, la tolérance au stress biotique et abiotique au Niger et au Sénégal », financé par le programme FEED THE FUTRE / USAID, à travers le laboratoire d’innovation pour le sorgho et le mil (SMIL2) a entre autres objectifs spécifiques de promouvoir les nouvelles variétés améliorées et les hybrides développées par les programmes de sélection variétale de l’ISRA et ses partenaires en Afrique de l’Ouest.

Dans sa mise en œuvre, l’ISRA a conduit des tests de comportement et essais de démonstration de variétés améliorées et hybrides de mil à haut rendement pouvant contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest.

Ces essais de variétés améliorées et hybrides de mil ont été mis en place en hivernage 2020 en station de recherche et en milieu paysan dans les communes de Sandiara, Méouane, Tassette, Notto-Diobass, Pire, Nguéniéne et Fandène en collaboration avec l’ANCAR (18 producteurs) et avec l’UNIS. Ces variétés sont à haut potentiel de rendements 3T/Ha (moyenne en milieu paysan obtenu en 2019 de 1,8 T/Ha), à maturité extra précoce (80 jours) tolérant à la  sécheresse (déficit hydrique et pause pluviométrique de 30 jours), résistants à certains nuisibles de la culture (mildiou, striga), riche en micronutriments.

Ils possèdent également le caractère stay-green qui leur confère la capacité de garder leur état de verdure jusqu’à la récolte ce qui est un aspect important pour la culture double usage du mil.

Pour le moment, les variétés identifiées (SL234, SL175, ISMH-10 (TAAW), ICMH 177 111, ICMH 187 333 sont en démonstration en 2020 pour leur homologation dans le catalogue national.

A terme, la mise à disposition de leurs semences et leur adoption par les cultivateurs permettraient de tripler la production de mil (cf>600kg/Ha obtenu avec le SOUNA 3 en milieu paysan comparé à 1,8T/Ha), et par conséquent de tirer en profitabilité tout au long de la chaîne de valeur mil. Sur le plan sécurité nutritionnelle, ces variétés de mil sont 3 fois plus riches en teneur en micronutriments comme le fer et le zinc, bénéfiques pour la santé et le développement des enfants à bas-âge (0-5 ans), les femmes allaitantes et les personnes déficientes en fer. Ces innovations, mises à l’échelle, contribueront à l’atteinte d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les populations en Afrique de l’Ouest.

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *